Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Compte rendu d’audience - DGESCO, 19 mars 2014

par ADBEN LR 31 Mars 2014, 22:26

Florian Reynaud, Camille Brouzes et Nathalie Helluin, pré­sident et membres du Bureau national de la FADBEN, ont eu l’honneur d’être reçus par M. Jean-​​Paul Delahaye, directeur général de l’enseignement sco­laire (DGESCO) et M. Xavier Turion, adjoint au directeur général, le 19 mars 2014 pendant une heure.

Cette audience consti­tuait une pre­mière ren­contre entre l’association pro­fes­sion­nelle et M. Delahaye. Nous lui avons adressé nos remer­cie­ments pour cette occasion donnée de pré­senter les réflexions et les travaux de la FADBEN auprès d’une ins­tance ins­ti­tu­tion­nelle majeure, dans le contexte d’une refon­dation de l’école qui concerne les pro­fes­seurs docu­men­ta­listes à plus d’un titre.

Nos inter­lo­cu­teurs nous ayant précisé qu’ils n’apporteraient pas de réponses immé­diates aux dif­fé­rents points abordés, l’audience a pris la forme d’un échange riche, au cours duquel nous avons réel­lement pu apprécier l’écoute offerte par M. Delahaye.

La construction d’un cur­ri­culum info-​​documentaire

Nous avons d’abord déclaré que la FADBEN voyait la Loi pour la refon­dation de l’école du 8 juillet 2013 [1] comme une évolution positive pour la pro­fession. Nous avons tou­tefois exprimé nos regrets sur le fait que la DGESCO n’ait pas répondu favo­ra­blement à la demande de consti­tution d’un groupe de travail, en 2012 et en 2013, pour la construction d’un cur­ri­culum info-​​documentaire ; ce dernier semble aujourd’hui très per­tinent pour favo­riser le déve­lop­pement d’une culture infor­ma­tion­nelle des élèves, avec une spé­ci­ficité des pro­fes­seurs docu­men­ta­listes, en arti­cu­lation avec l’Education aux médias et à l’information ins­crite dans le Code de l’éducation [2].

Il paraît donc dommage que l’on opère aujourd’hui dans une forme d’urgence, alors que la FADBEN peut et sou­haite apporter son expertise dans ce domaine d’enseignement depuis de nom­breuses années. A ce titre, l’association pro­fes­sion­nelle propose des outils didac­tiques et péda­go­giques qui per­mettent de favo­riser les liens entre pra­tiques des col­lègues et recherches en Sciences de l’information et de la com­mu­ni­cation (SIC), ainsi avec la publi­cation semes­trielle du Médiadoc [3] et la mise en ligne de l’outil col­la­bo­ratif Wiki­no­tions Info-Doc [4]. Nous avons remis à M. Delahaye le Mediadoc n°11 de décembre 2013, intitulé "EMI et ensei­gnement info-​​documentaire (vol. 1 : Etat des lieux)".

Nous avons pour­suivi en for­mulant notre espoir que le Conseil supé­rieur des pro­grammes (CSP) puisse prendre en consi­dé­ration notre posi­tion­nement, avec le souhait, également, d’avoir des inter­lo­cu­teurs en Docu­men­tation auprès de la DGESCO, afin de faire évoluer la pro­fession et l’enseignement qui lui est dévolu. Nous avons rappelé que, depuis la création du CAPES en 1989, nous étions tou­jours en attente de textes régle­men­taires qui amé­liorent le statut des pro­fes­seurs documentalistes.

Une base de travail impor­tante : le réfé­rentiel de com­pé­tences professionnelles

M. Delahaye nous a répondu qu’une pre­mière étape était per­cep­tible, clai­rement, avec le Réfé­rentiel des com­pé­tences pro­fes­sion­nelles des métiers du pro­fes­sorat et de l’éducation, publié en juillet 2013 [5]. Ce réfé­rentiel précise bien que les pro­fes­seurs docu­men­ta­listes sont des ensei­gnants, avec un domaine d’enseignement, et qu’ils sont, ensuite seulement, concernés par des com­pé­tences spé­ci­fiques qu’il ne faut pas oublier. Ce texte est une réfé­rence essen­tielle, un texte règle­men­taire qui sera cer­tai­nement une base pour la réac­tua­li­sation de la cir­cu­laire de mis­sions du 13 mars 1986.

A la question d’un calen­drier concernant cette réac­tua­li­sation, M. Delahaye a indiqué qu’elle n’était pas encore à l’ordre du jour, mais qu’elle viendrait.

Au sujet de ce réfé­rentiel de com­pé­tences, nous avons tou­tefois sou­ligné quelques inter­pré­ta­tions pro­blé­ma­tiques, déjà relevées en pra­tique dans le cadre de contextes locaux. En effet, cer­tains IA-​​IPR EVS ne semblent retenir que les com­pé­tences spé­ci­fiques, sans consi­dé­ration pour le fait que les pro­fes­seurs docu­men­ta­listes sont d’abord ensei­gnants parmi tous les ensei­gnants. A ce sujet, les inter­pré­ta­tions sont variées. M. Delahaye nous a répondu qu’il y avait en effet nécessité à com­mu­niquer encore autour de ce dossier, pour éviter des lec­tures différenciées.

Pour ce qui concerne le cur­ri­culum, dans sa consti­tution concrète, M. Delahaye nous a précisé qu’il s’agissait là d’une pré­ro­gative du CSP, dans le contexte actuel de la Refon­dation. La DGESCO accom­pa­gnera les déci­sions prises par le CSP, notamment dans l’élaboration des docu­ments d’accompagnement des pro­grammes. Nous avons posé la question du calen­drier prévu, à laquelle on nous a répondu que l’année 2014-​​2015 serait une année impor­tante de concer­tation avec la pro­fession, pour une appli­cation des pre­mières réformes concernant les contenus d’enseignement à la rentrée 2016.

M. Delahaye a orienté ensuite l’échange sur la question de la péda­gogie mise en œuvre : proposons-​​nous une péda­gogie hors-​​sol détachée de tout contexte dis­ci­pli­naire, ou une péda­go­gique contex­tua­lisée dans l’interdisciplinarité ? Nous avons répondu que la FADBEN sou­tenait la mise en œuvre d’approches péda­go­giques dif­fé­ren­ciées et com­plé­men­taires, parfois dans l’enseignement direct, mais aussi et surtout dans l’enseignement indirect et dans l’enseignement inter­actif, com­prenant des mises en activité et des situations-​​problèmes, impli­quant des col­la­bo­ra­tions inter­dis­ci­pli­naires. Il ne s’agit pas pour nous de reven­diquer l’institution d’une dis­ci­pline au sens tra­di­tionnel du terme, avec des heures sys­té­ma­ti­quement ins­crites à l’emploi du temps des élèves, mais bien plutôt de déve­lopper des séances péda­go­giques qui répondent aux enjeux d’une didac­tique réfléchie, par exemple sous la forme de modules, au moyen d’une péda­gogie de projets qui se suc­cèdent sur l’année sco­laire. Nous avons donné l’exemple de séances de recherche docu­men­taire autour des réseaux sociaux, s’appuyant sur une pra­tique des élèves afin de déve­lopper des connais­sances sur ce sujet, qui relève de l’information-documentation, parmi d’autres champs, dans une activité accompagnée.

Nous avons ajouté que cette pra­tique et le souhait de son ins­ti­tu­tion­na­li­sation res­sor­taient très net­tement de l’enquête menée auprès des col­lègues en avril 2013 [6], mais aussi d’autres enquêtes, dont celle portée récemment par le syn­dicat SE-​​UNSA [7].

La création d’un service d’enseignement

Nous avons insisté sur le caractère essentiel d’une véri­table recon­nais­sance des pro­fes­seurs docu­men­ta­listes comme ensei­gnants, par la création d’un service d’enseignement, à penser dans le cadre de l’élaboration du cur­ri­culum. Il s’agit là, selon nous, de prendre concrè­tement en compte le travail de pré­pa­ration et d’évaluation des séances, ainsi que la nécessité reconnue de ces appren­tis­sages pour les élèves. Ainsi un service d’enseignement suppose-​​t-​​il l’obtention de moyens horaires pour mettre en œuvre cet ensei­gnement exploitant dif­fé­rentes formes de péda­gogie, contre l’actuelle nécessité de négo­cia­tions conti­nuelles aux­quelles nos col­lègues sont confrontés dans les col­lèges et lycées (Notons ici que l’audience a eu lieu avant la publi­cation par les syn­dicats, le même jour, du projet de décret consacré aux obli­ga­tions de service et aux mis­sions des per­sonnels enseignants [8]).

Nous avons par ailleurs signalé le décalage obser­vable entre le posi­tion­nement de l’institution, et les pra­tiques et leurs évolu­tions concrètes sur le terrain. Ainsi, d’une part, dans le déve­lop­pement depuis 2004 de la notion, issue de la biblio­thé­co­nomie, de poli­tique docu­men­taire, qui n’a pas reçu l’assentiment des col­lègues en ce qu’elle suppose de partir des res­sources pour construire la péda­gogie, tandis que le travail didac­tique suppose de partir des savoirs info-​​documentaires à déve­lopper chez les élèves. Mais également, d’autre part, dans le déve­lop­pement de l’idée des Learning Centres ou 3C (Centres de connais­sances et de culture), issue du monde uni­ver­si­taire anglo-​​saxon, qui suppose de partir de la redé­fi­nition des lieux pour déve­lopper la pédagogie.

M. Delahaye a précisé, au sujet des 3C, qu’il n’en était pas question dans le Réfé­rentiel de com­pé­tences pro­fes­sionnels, avec une ins­cription des CDI dans ce texte règle­men­taire. Au sujet des res­sources, il a sou­ligné qu’elles sont une part essen­tielle de notre métier et qu’on ne peut les laisser de côté. Nous avons répondu que nous par­ta­gions plei­nement cette position, le pro­fesseur docu­men­ta­liste étant garant d’un projet docu­men­taire et res­pon­sable d’un espace de res­sources didactisé qu’est le CDI. Nous sou­haitons sim­plement que les res­sources ou le lieu ne soient pas l’entrée "péda­go­gique" retenue pour notre pro­fession. A ce titre, M. Delahaye a bien répété que nous étions ensei­gnants avant d’être ensei­gnants docu­men­ta­listes, selon la structure du réfé­rentiel de compétences.

La création d’une agré­gation et d’un corps spé­ci­fique d’inspection ancré dans les SIC

Les échanges pré­cé­dents nous ont ensuite conduits à évoquer la question d’une ins­pection spé­ci­fique. Nous dépendons en effet actuel­lement de l’Inspection générale Établis­sement Vie sco­laire (IGEN-​​EVS). Les ins­pec­teurs d’académie de cette spé­cialité ne sont ini­tia­lement pas spé­cia­listes de notre pro­fession ; quand bien même ils peuvent ensuite déve­lopper sur le terrain des connais­sances quant à nos axes de mission, il n’en reste pas moins qu’ils n’ont jamais exercé notre métier, dont ils déploient des concep­tions variées à travers le prisme de leur for­mation et de leur expé­rience anté­rieure. Nous avons sou­ligné qu’il était peu com­pré­hen­sible que nous soyons tou­jours rat­tachés à cette ins­pection, qui relève là encore de déci­sions anté­rieures à la création du CAPES.

M. Delahaye a remarqué que cela rejoi­gnait notre demande de création d’une agré­gation, et a précisé que la création d’une ins­pection spé­ci­fique ne dépendait pas de la DGESCO mais de la DGRH ; il a ajouté qu’il convien­drait aussi de se reporter aux travaux à venir du CSP, car cer­taines des déci­sions prises par cette ins­tance auraient poten­tiel­lement des inci­dences sur ces sujets.

Le recrutement aux concours

Nous avons alors abordé la nécessité d’un recru­tement de pro­fes­seurs titu­laires cer­tifiés de Docu­men­tation, là où l’on constate actuel­lement un taux très important de contrac­tuels dans la dis­ci­pline, à plus de 15 % en 2012 selon les chiffres de la DEPP. Par ailleurs, nous avons rappelé que la Docu­men­tation était sur-​​utilisée comme voie de recon­version par les rec­torats, au niveau aca­dé­mique. Si cer­taines de ces recon­ver­sions sont volon­taires et accom­pa­gnées de for­ma­tions adé­quates et suf­fi­santes, d’autres sont menées par défaut, sans volon­tariat ni projet pro­fes­sionnel, dans le but fictif d’éloigner les col­lègues concernés des élèves tout en main­tenant leur statut ; ces pra­tiques, anciennes et per­sis­tantes, impactent for­tement l’image des pro­fes­seurs docu­men­ta­listes auprès de la com­mu­nauté scolaire.

Nous avons insisté par ailleurs, en cohé­rence avec la pro­po­sition de construction d’un ensei­gnement info-​​documentaire au niveau national, sur la nécessité d’un recru­tement suf­fisant de pro­fes­seurs docu­men­ta­listes, selon le nombre d’élèves, afin de dis­penser ces appren­tis­sages à tous les élèves de manière satisfaisante.

M. Delahaye a répondu en mettant l’accent sur la vigi­lance exercée par la DGESCO et l’IGEN-EVS pour éviter les dérives de recon­version, consi­dérant que le métier de pro­fesseur docu­men­ta­liste est un véri­table métier qui suppose plu­sieurs axes de mission qui doivent être res­pectés, avec de véri­tables com­pé­tences pro­fes­sion­nelles, rap­pelées et réaf­firmées dans le réfé­rentiel publié en juillet 2013.

La formation initiale et continue des professeurs documentalistes

Nous avons enfin mis en avant la nécessité de for­ma­tions continues qui prennent en consi­dé­ration l’axe péda­go­gique et les évolu­tions tech­niques, info-​​documentaires, de la pro­fession. Nous avons signalé l’attachement de la pro­fession aux réunions de bassin, qui ont été bien souvent dras­ti­quement réduites, voire qui n’existent plus. Nous avons insisté sur la capacité de l’association pro­fes­sion­nelle à pré­senter des for­ma­tions, en exposant l’exemple de l’organisation des journées aca­dé­miques par les ADBEN, sans recon­nais­sance ins­ti­tu­tion­nelle de ces for­ma­tions. De fait, contrai­rement aux orga­ni­sa­tions syn­di­cales repré­sen­ta­tives, une asso­ciation pro­fes­sion­nelle ne dispose pas du cadre ins­ti­tu­tionnel adapté per­mettant une recon­nais­sance indé­pen­dante de ces formations.

Nous avons tou­tefois posé la question d’une ins­cription de telles for­ma­tions dans le Plan national de for­mation (PNF) ou dans les Plans aca­dé­miques de for­mation (PAF). M. Delahaye a répondu que nous pou­vions être force de pro­po­si­tions auprès des ins­tances aca­dé­miques, avec les ins­pec­teurs et les ser­vices du rectorat.

Nous sommes revenus par ailleurs sur les ques­tions vives sou­levées par la publi­cation de la pré­sen­tation du PNF 2014, exposées par la FADBEN et par l’ANDEP dans un courrier adressé le 30 janvier dernier aux par­te­naires institutionnels [9]. M. Xavier Turion a indiqué que le document de pré­sen­tation du PNF avait été conçu en concer­tation avec les ser­vices de l’Inspection générale. Nous sommes revenus sur l’ambiguïté des termes de "biblio­thèques sco­laires" - qui ren­voient à la déno­mi­nation inter­na­tionale - et de "docu­men­ta­listes", contre une nomen­clature plus juste de CDI et pro­fesseur docu­men­ta­liste. M. Delahaye a précisé sim­plement que nous étions bien concernés par ces for­ma­tions, et qu’il n’était pas lui-​​même à l’origine de ces intitulés.

Conclusion : une volonté de pour­suivre et de déve­lopper les échanges initiés.

Revenant sur la demande, déjà adressée en 2012 et 2013, de consti­tution d’un groupe de travail pour la construction d’un cur­ri­culum, nous avons déclaré sou­haiter avoir la pos­si­bilité de continuer d’échanger avec des inter­lo­cu­teurs iden­tifiés auprès de la DGESCO.

Nous avons insisté sur la nécessité d’être associés, en tant qu’association pro­fes­sion­nelle, aux travaux relatifs à l’avenir de la pro­fession. M. Delahaye a conclu en nous pré­cisant qu’à ce titre, les syn­dicats, avec qui l’association tra­vaille régu­liè­rement, sont un inter­mé­diaire essentiel afin de com­mu­niquer nos réflexions et posi­tions sur les dif­fé­rents dossiers.

A l’issue de cette audience, nous sommes repartis avec le sen­timent d’une écoute sérieuse et d’une constance chez nos inter­lo­cu­teurs à ramener l’essentiel des échanges au réfé­rentiel de com­pé­tences pro­fes­sion­nelles, en cohé­rence avec les pré­ro­ga­tives de la DGESCO. Ce texte de juillet 2013 constitue en effet une avancée impor­tante pour la pro­fession en ce qu’elle confirme offi­ciel­lement notre appar­te­nance au corps des ensei­gnants, dont les com­pé­tences listées sont bien préa­lables aux com­pé­tences spé­ci­fiques qui nous sont dévolues, com­pé­tences spé­ci­fiques cependant également essen­tielles en termes de gestion du lieu CDI et des res­sources imprimées et numé­riques à des­ti­nation des élèves.

Notes

[1] Loi n° 2013-​​595 du 8 juillet 2013 d’orientation et de pro­gram­mation pour la refon­dation de l’école de la Répu­blique. Dis­po­nible sur http://​www​.legi​france​.gouv​.fr/​affic…

[2] ibid (article 53)

[3] Revue pro­fes­sion­nelle Médiadoc. Cata­logue en ligne de la FADBEN dis­po­nible sur http://​www​.fadben​.asso​.fr/​?​p​a​g​e=cat…

[4] Wiki­no­tions Infodoc. FADBEN. Dis­po­nible sur http://​fadben​.asso​.fr/​w​i​k​i​n​o​tions

[5] Réfé­rentiel des com­pé­tences pro­fes­sion­nelles des métiers du pro­fes­sorat et de l’éducation. Arrêté du 01-​​07-​​2013. Dis­po­nible sur http://​www​.edu​cation​.gouv​.fr/​c​id732…

[6] Pro­fes­seurs docu­men­ta­listes et appren­tis­sages info-​​​​​​documentaires : enquête. FADBEN, ADBEN Ver­sailles, 2013. Dis­po­nible sur http://​www​.fadben​.asso​.fr/​L​e​s​-​profe…

[7] Ensei­gnant et docu­men­ta­liste : enquête. SE-​​​​UNSA, 2014. Dis­po­nible sur http://​www​.se​-unsa​.org/​s​p​i​p​.​p​h​p?art…

[8] Projet de décret consacré aux obli­ga­tions de service et aux mis­sions des per­sonnels ensei­gnants. Mars 2014. Texte intégral et ana­lyses dis­po­nibles, pour le SNES, sur http://​www​.snes​.edu/​A​n​a​l​y​s​e​-​d​u​-proj…, et pour l’UNSA, sur http://​www​.se​-unsa​.org/​s​p​i​p​.​p​h​p?art…

[9] Le PNF 2014, nouveau déni, nouveau défi ? FADBEN, ANDEP, février 2014. Dis­po­nible sur http://​www​.fadben​.asso​.fr/​L​e​-​P​NF-20…

commentaires

Haut de page